Rougeole : une épidémie à Bordeaux signalée par l'agence régionale de santé

Rougeole : une épidémie à Bordeaux signalée par l'agence régionale de santé
Thinkstock

Comment voulez-vous profiter de l'article ?

À Bordeaux et ses alentours, il y aurait 77 cas de rougeole depuis novembre 2017, dont 12 hospitalisations. D’après un communiqué rendu public par l’Agence régionale de santé, “La couverture vaccinale reste insuffisante en France chez les 15-35 ans et chez les nourrissons, ce qui explique que le virus continue à circuler dans le pays“.

“L’épidémie de rougeole qui a touché le campus universitaire en décembre s’étend désormais à l’agglomération bordelaise“, a déclaré l’ARS, selon 20 Minutes. “Elle touche particulièrement les jeunes adultes et les enfants“ et “peut s’étendre rapidement puisqu’une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes“ indique l’agence.

L’agence invite la population à vérifier l’état de sa vaccination

L’ARS rappelle dans son communiqué “l’importance de se faire vacciner pour stopper l’épidémie et éviter des complications neurologiques graves, voire des décès“. Elle invite la population de Bordeaux à vérifier l’état de sa vaccination et celle de ses enfants. La transmission “de la rougeole se fait essentiellement par voie aérienne soit directement auprès d’un malade, soit indirectement du fait de la persistance du virus dans l’air.“

Les symptômes de cette infection virale commencent environ une semaine à 18 jours après la contamination. La personne contaminée a comme un rhume avec une toux, une fièvre supérieure à 38,5°C, le nez qui coule et les yeux rouges et larmoyants. Quelques jours après, des boutons rouges apparaissent sur le visage et se répandent sur le reste du corps. L’éruption dure 5 à 6 jours. Les formes les plus compliquées sont plus fréquentes chez les patients âgés de moins de 1 an et de plus de 20 ans.   

À lire aussi : 

Retour de la rougeole : faut-il se faire (re)vacciner ?

Quels sont les vaccins obligatoires pour un enfant ?

11 vaccins obligatoires au 1er janvier : qu’en pensent les Français ?