Pauvreté : les aides sociales coûtent un "pognon de dingue" selon Macron

Pauvreté : les aides sociales coûtent un "pognon de dingue" selon Macron
Ludovic MARIN / AFP

Comment voulez-vous profiter de l'article ?

Sur la politique sociale, Emmanuel Macron s'enflamme. Vraiment. "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas", a-t-il lancé mardi soir, dans une vidéo postée par l'Élysée sur Twitter. Le président de la République était en train de mettre la touche finale au discours qu'il doit prononcer, mercredi, lors du 42e Congrès de la Mutualité française à Montpellier. Un discours lors duquel il va devoir préciser les contours de sa politique sociale.

La vidéo a été mise en ligne par la directrice de la communication d'Emmanuel Macron, Sibeth Ndiaye, et révèle la vision qu'a le président d'une France sociale. "On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif" : le constat du chef de l'État est clair. Sa réponse : se placer en amont et prendre le problème à la racine, pour prévenir la pauvreté et ainsi limiter les dépenses publiques.

⋙ Lire aussi Soins de santé remboursés à 100% : ce que Macron s'apprête à annoncer

"Toute notre politique sociale, c'est qu'on doit mieux prévenir, ça nous coûtera moins, ensemble, et mieux responsabiliser tous les acteurs", explique le président Macron dans la vidéo."Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir".

Pas de coupe budgétaire de sept milliards d'euros prévu

La politique sociale est un sujet sensible pour l'exécutif. Le 6 juin dernier, le Canard enchaîné jetait de l'huile sur le feu en affirmant qu'Édouard Philippe et Emmanuel Macron avaient pris la décision de réaliser sept milliards d'euros d'économies sur les aides sociales en deux ans, et ce dès le 1er janvier 2021. Dans le cas du projet CAP 2022, une grosse coupe budgétaire serait prévue au ministère de la Santé, contre l'avis d'Agnès Buzyn.

⋙ Lire aussi Aides sociales : Emmanuel Macron a-t-il acté une énorme coupe ? Agnès Buzyn dément

Des informations démenties par la ministre de la Santé sur RTL dans la foulée. "Personne ne m'a demandé de trouver sept milliards d'euros, [il n'est] pas question de faire des économies sur les plus vulnérables", avait-elle déclaré. Le Premier ministre avait également démenti l'information du Canard enchaîné : "Nous ne nous posons pas la question de savoir s'il faudrait réduire de tant, ou augmenter de tant, les aides sociales".